La Crise au Niger : Diplomatie, Intervention Militaire et la Voie à Suivre

Cet article explore la réaction de l'ECOWAS au récent coup d'État au Niger et partage les perspectives de Cameron Hudson sur la voie diplomatique et militaire à suivre. Découvrez les détails de cette situation en constante évolution.

Août 11, 2023 - 13:27
 0  15

Dans une récente interview avec CNN, Cameron Hudson, un associé principal au Center for Strategic and International Studies, a partagé ses réflexions sur la situation actuelle au Niger après le coup d'État. L'ECOWAS (Organisation économique des États de l'Afrique de l'Ouest) a commandé une force de réserve pour rétablir l'ordre constitutionnel au Niger.

Hudson a noté qu'il est difficile de déterminer exactement ce que cela signifie et à quoi cela ressemblera dans la pratique. Selon lui, l'ECOWAS a adopté une position ferme sur ce coup d'État, bien plus que ce que l'on a pu voir lors des précédents coups d'État dans la région.

La réaction de l'ECOWAS semble corriger leur réponse tiède aux précédents coups d'État. Alors qu'ils ont été rencontrés avec un haussement d'épaules, la menace contre le Niger est prise très au sérieux. Hudson pense que cela reflète la perception du Niger comme un État véritablement démocratique au sein de l'ECOWAS, et que la suppression de cette démocratie particulière minerait tout le groupement régional.

La situation est compliquée par le fait que l'ECOWAS a déjà tenté la voie diplomatique, et que les chefs du coup d'État ne montrent aucun signe de recul, formant même déjà un gouvernement. Hudson admet qu'il s'agit d'un territoire inexploré, sans précédent, avec une situation d'otage où le président du pays est utilisé comme bouclier humain contre une intervention militaire.

En plus de libérer le président, la tâche consiste à le rétablir contre la volonté de l'armée nationale, dans un contexte où le coup d'État a un certain soutien populaire. Hudson souligne que l'ECOWAS doit être très prudent quant à la menace de déclencher une guerre en Afrique centrale.

En ce qui concerne la présence militaire des États-Unis au Niger, Hudson a déclaré que l'assistance à la sécurité au gouvernement nigérien dans les opérations de lutte contre le terrorisme a cessé, mais que les vols de drones se poursuivent avec la permission du chasseur. Il pense que Washington cherchera à maintenir sa collecte de renseignements dans la région, car cela affecte plus que le Niger seul.

Deux semaines après le coup d'État, il devient de plus en plus difficile de voir comment et quand le président Bazoum peut être réinstallé, et la fenêtre d'opportunité se rétrécit.

Hudson conclut en remerciant son hôte, laissant la situation en suspens, alors que le monde continue de surveiller le développement de la situation au Niger.

Quelle est votre réaction ?

like

dislike

love

funny

angry

sad

wow